test

Artisanumerique

Nom du porteur de projet :

Chambre de Métiers et de l’Artisanat Tarn-et-Garonne

Noms des autres partenaires:

5000 entreprises artisanales inscrites au Répertoire des Métiers de Tarn-et-Garonne

Autres acteurs impliqués dans le projet :

IUP ARTS APPLIQUES – UNIVERSITE de TOULOUSE 2
CENTRE DE FORMATION DES APPRENTIS de MONTAUBAN
PAYS MIDI QUERCY
PAYS MONTALBANAIS
PAYS GARONNE-QUERCY-GASCOGNE
ADE/CONSEIL GENERAL de TARN-ET-GARONNE
CAPEB TARN-ET-GARONNE

Depuis plusieurs années, la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne interroge les mutations économiques et sociales à travers la notion d’identité artisanale . Ainsi, l’entreprise n’est pas envisagée seulement en tant qu’entité économique et juridique mais également dans ses composantes de savoir-faire, compétences et pratiques professionnelles. L’artisan des Métiers, acteur économique et social indépendant mais local, s’inscrit dans une tendance globale à l’autonomisation des rapports de production et à la densification des flux d’échanges marchands dans un environnement proche.

Le projet présenté ici vise à :

  • renforcer les interactions entre les acteurs indépendants (travail en réseau, en groupement),
  • favoriser une prise de conscience des atouts d’un territoire par les acteurs économiques eux-mêmes autant que par les représentations institutionnelles,
  • développer une gestion prospective des compétences et savoir-faire,
  • créer un espace contributif de données publiques (Système d’Information de Gestion en open data) dédié à la collecte des savoir-faire et compétences,
  • participer à l’émergence de compétences, de l’attractivité et d’une spécialisation territoriales,
  • inscrire les métiers artisanaux dans l’économie numérique.
15000 actifs, l’artisanat comme « filière » d’expérimentation :

La diversité du secteur de l’artisanat offre de véritables perspectives ainsi que de nouvelles visibilités de savoir-faire reposant sur la qualification des chefs d’entreprise et des salariés, leurs pratiques, gestes professionnels et approches de l’environnement. Dans les métiers du bâtiment, de la fabrication, des services et de l’alimentaire, l’artisanat de Tarn-et-Garonne représente 15 000 actifs. Des savoir-faire particuliers et d’exception s’y sont développés sans forcément devenir jusqu’à présent un vecteur de communication territoriale. De même et comme sur l’ensemble du territoire national, les métiers de l’artisanat sont associés à des savoir-faire emblématiques du « Fabriqué en France » : métiers de bouche, rénovation de l’habitat, artisanat d’art, métiers du cuir et du bois, sous-traitance industrielle. Ces savoir-faire rencontrent désormais un écho favorable chez un consommateur à la recherche d’authenticité et de proximité.

L’ancrage territorial est inhérent à la filière artisanale et l’association du couple « savoir-faire / territoire » constitue un enjeu de valorisation d’une offre du « Fabriqué en France ».
Le Tarn-et-Garonne comme « territoire » d’expérimentation :

Le Tarn-et-Garonne occupe une superficie de 3 718 km2 (84e rang sur 88. Cette dimension modeste peut constituer un atout pour une démarche expérimentale de mobilisation des acteurs économiques privés et institutionnels publics et parapublics. Le territoire, accessible grâce à deux axes routiers (A62 Toulouse-Bordeaux – A20 Toulouse – Limoges – Paris), l’aéroport de Toulouse-Blagnac situé à 30 minutes et un projet de LGV devant permettre de relier Toulouse/Montauban à Paris en 3 heures, dispose d’une attractivité naturelle de situation sans être marqué par une spécialisation industrielle ni de services. Le marché de l’emploi se caractérise par des flux importants d’actifs vers la métropole toulousaine, une activité agricole encore soutenue (1er département producteur de pommes de table et 2ème pour les prunes et les raisins de table) et un relatif dynamisme de l’emploi dans le secteur de la construction en raison d’une augmentation de la population, notamment sur l’axe Toulouse-Montauban. Depuis 1999, le Tarn-et-Garonne enregistre une croissance démographique de (+1,48% par an) à un rythme deux fois plus important que la moyenne nationale.
Le Tarn-et-Garonne enregistre des revenus parmi les plus faibles de France en raison d’une proportion élevée de foyers monoparentaux, de pensions-retraites ouvrières, d’un chômage marqué et d’une couverture relativement importante de la population par les minima sociaux (5,4% de bénéficiaires du RSA contre 4,2 % en Midi-Pyrénées et 4,3% en France) . En outre, l’arrêté du 10 juillet 2013 relatifs aux zones de revitalisation rurale (ZRR) a classé 44 % des communes du Département.

Le projet « Métiers T&G »

prend en considération l’Artisanat de Tarn-et-Garonne en tant que collectif inclusif (composé de 5000 entreprises et 15000 actifs) et non comme une somme d’entreprises individuelles ni d’actifs sans liens les uns avec les autres. « Métiers T&G » aura ainsi pour ambition de détecter, analyser et promouvoir les savoir-faire en lien avec les bonnes pratiques des Métiers de l’Artisanat en matière environnementale, sociale et économique. Les Métiers peuvent se caractériser comme des structures à taille humaine, des relations directes et personnalisées avec le consommateur, des prestations « sur mesure », par la durabilité de savoir-faire locaux et traditionnels, le maillage des territoires ruraux, une logique naturelle de circuit court, l’animation des centres-villes et l’insertion professionnelle des jeunes par l’apprentissage.
En développant une méthode de promotion des savoir-faire sur un territoire test et un secteur d’activités au potentiel multiple, le programme « Métiers T&G » a pour ambition de participer à la construction d’un « Fabriqué en France » durable, évolutif et participatif.

L’action se présente en trois objectifs opérationnels :

  1. La détection et l’inventaire des savoir-faire de l’Artisanat
  2. L’animation du territoire par l’innovation
  3. La promotion des savoir-faire en Open Data

Les principes issus de la Responsabilité Sociétale des Entreprises (norme ISO 26000) serviront d’axe méthodologique à la démarche de détection des savoir-faire artisanaux. Les savoir-faire ainsi détectés seront répertoriés sur une plateforme ouverte aux contributions de divers organismes de conseil et de développement économique sous forme de Système d’Information Géographique 2.0. Il s’agira ainsi de promouvoir une approche territoriale de la Responsabilité Sociétale dans le secteur des Métiers : la RSE territoriale des Métiers.

L’émergence d’une spécialisation territoriale « Design et Métiers » encouragera les démarches d’innovation pour les produits et services des entreprises artisanales. La présence depuis dix années à Montauban de l’Institut Universitaire Professionnel de Toulouse 2 dédié aux « Arts Appliqués » devrait permettre la diffusion d’une culture de l’Artisan designer sur le territoire.

La prospective de l’Artisanat sur les territoires du numérique se réalisera, entre autres, par la constitution d’un Répertoire numérique du geste des Métiers. Ce répertoire aura également pour fonction d’instaurer un espace trans-média de conservation patrimoniale des savoir-faire.

I/ Détection et inventaire des savoir-faire


La Responsabilité Sociétale des Entreprises (RSE) , guide axiologique de la détection des savoir-faire

L’approche des savoir-faire du secteur des Métiers par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne souhaite s’inscrire dans l’axe des propositions 1, 2 et 19 et du Rapport « BROVELI, BRAGO et MOLINIÉ » de juin 2013 « Responsabilité et performance des organisations – 20 propositions pour renforcer la démarche de RSE » support de la présentation de la plateforme RSE par le Premier Ministre le 17 juin 2013.

L’action « Métiers T&G » ne constitue pas un simple diagnostic ou audit de chaque entreprise mais envisage l’Entreprise Artisanale de Tarn-et-Garonne comme un collectif d’acteurs (artisans et salariés) dont les caractéristiques et pratiques sont liées à l’histoire, l’interaction de filières et la territorialité des Métiers. En recensant les actions collectives et/ou individuelles des entreprises en matière environnementales, économiques et sociales, l’action dessine une cartographie des forces constituantes de la vie contemporaine des Métiers, de leurs pratiques et origines sur un territoire donné. Il s’agit également de dégager une lecture nouvelle des équilibres économiques et sociaux, d’examiner au plus près les circuits de transmission des connaissances et pratiques professionnelles, d’identifier des savoir-faire particuliers dans le cadre d’une préparation de transmission-reprise, d’orienter la création d’une entreprise en tenant compte de la géo-localisation d’un savoir-faire présent ou passé et, finalement, d’accompagner l’avenir des Métiers de la manière la plus respectueuse et efficace possible. Le geste du Métier et l’origine de son apprentissage, le choix d’utilisation de tels matériaux ou matières premières, les motifs d’implantation de tel local professionnel, le recensement des acteurs passés et présents doivent faire l’objet d’un questionnement systématisé et permanent.

Mais l’artisan ne fait point naturellement usage de notions en lien avec des normes inscrites dans des enjeux internationaux ou des concepts englobant tels que la RSE ou l’émergence des savoir-faire du « Fabriqué en France ». L’invitation au récit du mode de production et d’exercice du métier peut également rencontrer des obstacles liés à une certaine frontalité du questionnaire, à la difficulté de synthétisation d’une activité quotidienne autant qu’un instinct compréhensible de protection du patrimoine individuel immatériel que constitue un savoir-faire.

S’appuyant sur une liste de données qualitatives dans un objectif d’orientation et d’aide de l’enquêteur-contributeur,

un guide RSE territoriale des MÉTIERS permettra d’identifier les bonnes pratiques en matière de développement durable et savoir-faire.

Le mode d’enquête basé sur les trois volets de la norme ISO 260000 (environnemental, économique et social) permettra la mise en évidence de bonnes pratiques.

L’artisan environnement

  • Prévention de la pollution
  • Utilisation durable des ressources
  • Circuits courts  d’approvisionnement et de distribution
  • Rénovation de l’habitat patrimonial
  • Transition énergétique

L’artisan économique et social

  • Proximité des services et prestations
  • Emplois et gestion des compétences
  • Groupements momentanés ou coopératifs et réseaux
  • Transmission des savoir-faire par l’alternance…

Cette mise en exergue installe un climat de valorisation de l’acteur dans une chaîne vertueuse d’acteurs économiques responsables. Ces premiers constats précèdent alors l’instauration d’une correspondance de proximité entre l’enquêteur (conseiller territorial, consulaire, agent d’organisme local) et l’artisan. L’identification et le recensement des savoir-faire s’en trouvent ainsi facilités.

La technique utilisée consiste alors à rechercher des équivalences entre la valeur d’une pratique relevant de la RSE et l’existence d’un savoir-faire. Tel que le démontre l’exemple ci-dessous, le travail en réseau de producteurs locaux (RSE) engendre une adaptation du process de production à l’Agriculture locale (savoir-faire). De même, la technique et qualité de production à l’ancienne (savoir-faire) est en grande partie liée à la culture de plantations d’origines locales et centenaires (ressources durables, RSE).

De la pratique « RSE » à l’expression d’un savoir-faire, une illustration par l’exemple

L’accompagnement promotionnel de la CMA82 de l’entreprise Essenciagua, ayant déposé la marque « Huile Essentielle Artisanale Française » en 2012, est une illustration des applications possibles de l’émergence et de la valorisation de savoir-faire locaux (entreprise lauréate primo exportateur 2010 Région Midi-Pyrénées), selon une première expérimentation de la méthodologie « RSE Métiers 82 ».

II/ L'animation du territoire par l'innovation

La démarche d’animation territoriale par le recensement des valeurs sociétales et des savoir-faire du territoire est amorcée par la Chambre de Métiers de Tarn-et-Garonne depuis le lancement d’une campagne inter-consulaire, conçue et réalisée par les services de la CMA 82: http://vimeo.com/45840587. L’animation territoriale autour des « savoir-faire » revêt plusieurs formes : une spécialisation territoriale autour du Design appliqué aux Métiers de l’Artisanat, le programme départemental d’inventaire numérique des gestes des Métiers, une action de diffusion culturelle thématique prévue pour l’année 2014 ainsi qu’un outil cartographique ouvert à la contribution 2.0 des partenaires institutionnels locaux.

La cartographie numérique « Métiers T&G », outil collaboratif d’animation territoriale

Plus qu’un simple système de gestion, le Système d’Information Géographique « Métiers T&G » fera appel à une activation du réseau des acteurs territoriaux (communes, communauté de communes, organismes consulaires, associations du secteur économique et social) autour du développement d’une véritable RSE territoriale des Métiers. Chaque opérateur habilité pourra ainsi compléter la base de données, en choisissant parmi les items proposés ceux lui semblant correspondre aux points forts de l’entreprise. La consolidation partagée des contributions alimentera la plateforme interactive dont l’ergonomie sera simple et intuitive. L’objectif est de permettre d’embrasser à un premier niveau cartographique les caractéristiques majeures d’un territoire donné. Les niveaux inférieurs de navigation permettent ensuite d’accéder à des données plus précises comprenant les items sélectionnés par les contributeurs ainsi qu’à des liens externes tels que vidéos et autre sites territoriaux ou d’entreprises. Il s’agit également de fédérer l’ensemble des acteurs territoriaux en lien avec les métiers de l’artisanat autour d’une plateforme commune. La valorisation des pratiques « RSE » et « savoir-faire » créent une dynamique territoriale, en permettant notamment aux entreprises de s’inspirer des savoir-faire recueillis et de s’inscrire dans une démarche de progrès et d’évolution, voire de synergie active avec d’autres entreprises du réseau local.

La méthode de contribution sera déployée par la Chambre de Métiers de Tarn et Garonne auprès des acteurs territoriaux appelés à participer grâce à:

  • des réunions d’information régulière,
  • des formations in situ aux « audits collectifs RSE »,
  • des outils pratiques de type guidelines (liste d’items pour guider l’analyse du contributeur)
  • la signature d’une convention de partenariat institutionnel.

L’aspect fédérateur de l’action s’inscrit dans la méthode même des enquêtes et/ou expertises menées par des Conseillers consulaires, des Pays, Organismes et institutions territoriaux liés à l’économie et l’emploi à tout moment de leur relation avec l’entreprise artisanale. La détection et la valorisation se trouvent particulièrement encouragées par l’accès à l’outil collectif de Géo-localisation des savoir-faire (SIG), miroir d’une dynamique de valorisation et de dynamisation. Les valeurs dégagées par la méthode RSE sont en outre susceptibles de créer un effet de rassemblement et d’adhésion des acteurs économiques et acteurs territoriaux.

La Spécialisation territoriale « DESIGN ET MÉTIERS »

Depuis un an et demi, l’Institut Universitaire Professionnalisé (IUP) des Arts appliqués de Montauban et la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne ont engagé un travail commun afin de favoriser le rapprochement entre métiers de l’artisanat et design. Jusque-là, l’institut universitaire, dispensant uniquement un cycle d’enseignement de L3 à Master 2, formait des étudiants dont les stages et débouchés professionnels s’effectuaient la plupart du temps hors du territoire. Depuis l’année universitaire 2011-2012, des étudiants de Master 1 et Master 2 interviennent, dans le cadre de stages ou de workshops dirigés par un artisan, au sein des entreprises artisanales de Tarn-et-Garonne. L’association des compétences du designer et de l’artisan a produit quelques réalisations telles qu’une « ligne de maroquinerie » chez un sellier traditionnel ou l’utilisation de la 3D pour la conception d’un siège en tube métallique. L’intégration de designers dans l’entreprise artisanale constitue une démarche d’innovation pour le secteur dans le domaine de la communication graphique et numérique, la conception de prototypes ou d’échantillons, le packaging, l’aménagement d’espaces et une nouvelle formalisation de l’offre de services.

Classe-ADST1

A compter de Septembre 2014, le partenariat CMA82/IUP prendra également la forme de l’ouverture d’une licence « Design et Métiers ». Ce parcours de formation sur trois années (L1 à L3 Pro) offrira l’intérêt de compétences professionnelles multiples (artisan et designer) et la possibilité d’une double entrée pour un public-cible issu de l’enseignement général et professionnel. L’étudiant bénéficiera de l’enseignement général et méthodologique dispensé à l’IUP avec des modules d’enseignements de culture générale et d’ateliers collectifs. Les options Métiers (métiers de l’alimentaire, du bâtiment et de la beauté) seront proposées conjointement par la Chambre de Métiers (ingénierie pédagogique) et le Centre de Formation des Apprentis – Université Régionale des Métiers et de l’Artisanat de Montauban. Le point d’orgue du parcours constitué par la L3-licence professionnelle d’Artisan designer, dispensée par la voie de l’apprentissage, favorisera l’insertion durable de l’étudiant (prenant conscience des structures et potentiels du métier artisanal), permettra le cas échéant une orientation nouvelle pour l’étudiant généraliste et garantira l’acquisition d’une culture générale à l’ancien bachelier professionnel.

La pépinière d’entreprises départementale serait ainsi invitée à spécialiser sa structure d’accueil en direction de jeunes designers dont la spécialisation dans les Métiers de l’Artisanat s’affirmerait dans une logique de cluster territorial « Design et Métiers ».

Un « savoir-faire » numérique à la française

Le RÉPERTOIRE NUMÉRIQUE DU GESTE ARTISANAL (cf. présentation page 11 du présent dossier) est un programme actuellement développé par la Chambre de Métiers de Tarn-et-Garonne, en cours d’inscription dans le Contrat de Site d’Enseignement Supérieur et de Recherche de la Région Midi-Pyrénées. Plusieurs agents de la Chambre de Métiers de Tarn-et-Garonne travaillent déjà depuis plus d’une année sur ce programme en collaboration avec des étudiants de l’Institut d’Arts Appliqués de Tarn-et-Garonne et le laboratoire du Laboratoire d’Analyse et d’Architecture des Systèmes affilié au CNRS (Toulouse).

Les sections et laboratoires informatiques de Toulouse 3, l’INRIA de Bordeaux, l’Ecole des Mines d’Albi, l’ENSAM, la FING et SUPINFOGAME (RUBIKA) se verront également proposer une collaboration à diverses étapes du projet. La Chambre de Métiers accueille un doctorant du Laboratoire de Recherche en Audiovisuel de Toulouse 2 (LARA) dans le cadre du projet en contrat CIFRE depuis Mars 2013.

2014 : L’action de diffusion culturelle

En partenariat avec l’Association de diffusion culturelle du Pays Montalbanais « LES EMBARCADERES », le Centre de création musicale d’Albi (GMEA) ainsi que l’Institut Universitaire des Arts appliqués dans le cadre de la biennale d’Arts appliqués 2014, la Chambre de Métiers propose le thème des Métiers de l’Artisanat en fil rouge de la programmation culturelle des évènements théâtraux, des projections de films et documentaires, d’expositions et lectures. Il s’agira principalement d’organiser la diffusion de documents pluri-médias issus du « Répertoire du Geste ». Des dispositifs transmedia alliant outils classiques de communication, videomapping, installations sonores, projections en 3D et parcours de visites interactifs conçus à partir des vidéos issues du Répertoire numérique du geste artisanal.

La diffusion culturelle liée aux Métiers de l’Artisanat épouse une stratégie globale d’animation visant à ce que l’ensemble des publics identifie les Métiers de proximité comme des sources de développement de compétences et de rayonnement au-delà des perceptions premières d’une quotidienneté sans valeur. En outre, la plateforme artisanumerique de la Chambre de Métiers de Tarn-et-Garonne s’inscrit dans une démarche de veille technologique et de recherche sur l’émergence de pratiques alliant les métiers traditionnels de l’artisanat aux technologies numériques. Ainsi, l’action « METIERS T&G » porte-t-elle autant sur une valorisation des savoir-faire de l’Artisanat que sur les évolutions, transformations et innovations possibles dans l’exercice même des métiers exercés dans la Très Petite Entreprise d’activité première de services ou de production. Ce programme sera mené dans un dispositif de données ouvertes (open data), tel que l’impose toute recherche d’efficacité, de richesse collaborative et de rayonnement de l’information.

III/ La promotion des savoir-faire des Métiers

Edités en creative commons et publiés en open data grand public, les contenus seront diffusés sur l’espace numérique animé par la Chambre de Métiers et de l’Artisanat de Tarn-et-Garonne artisanumerique.fr. Les contenus se présenteront sous la forme de deux types de plateformes. La première sera celle d’un Répertoire Numérique du Geste artisanal qui aura pour objet de constituer un archivage vidéo de gestes de l’artisanat sous différents formats : 2D, 3D, fichiers intégrables et exploitables sur divers supports médias tels que jeux vidéos, web documentaires, applications mobiles. La seconde plateforme sera le Système d’Information Géographique déjà évoqué plus haut, « Métiers T&G » et constituera un outil de valorisation des savoir-faire et des bonnes pratiques en matière de développement durable auprès de différents publics (acteurs institutionnels, grand public, entreprises, organisations professionnelles, porteurs de projet, public scolaire, apprentis…).

Le SIG « MÉTIERS T&G », outil d’information et de valorisation

L’interface affichera trois niveaux de valorisation du « Fabriqué en France » ouverte au grand public.

1bis
1. Une cartographie des Métiers
  • Valorisation de l’origine, des spécialités et de la chaîne des savoir-faire artisanaux présents sur le territoire,
  • Géo-localisation des savoir-faire passés, présents et à venir,
  • Repérage des savoir-faire en danger ou en voie de fragilisation pour lesquels une action publique pourrait être envisagée afin d’assurer la pérennité territoriale des activités (action de recrutement et formation, recherche de repreneurs…),
  • Mise en valeur des entreprises de sous-traitance industrielle intégrant des savoir-faire artisanaux,
  • Circuit des Métiers d’art en lien avec le programme régional de la Route des Métiers d’Art,
  • Description des liens entre filière agro-alimentaire et transformation artisanale des produits locaux,
  • Cartographie des acteurs de l’éco-construction,
  • Consolidation de l’identité du Métier artisanal,
  • Dégagement de solutions évolutives du Métier.
2. Le Traitement statistique
  • Un traitement statistique géo localisé des données économiques,
  • Un portrait statistique territorial de l’économie et de l’emploi artisanal,
  • Une anticipation des opportunités de création d’activités en lien avec le développement économique du territoire.
3. Un territoire durable
  • Mise en réseau territoriale et repérage des coopérations d’entreprises (coopératives, SCOP, GIE) et regroupements spontanés des compétences et savoir-faire,
  • Identification des actions et initiatives en matière de certification, de label, et autres démarches qualité,
  • Valorisation des entreprises exemplaires en matière de développement durable (circuits courts, économie d’énergie, travail en réseau, gestion des emplois et compétences…).


Le Répertoire Numérique du Geste Artisanal

Il a pour ambition de constituer un référentiel média-technique des gestes et pratiques des Métiers de l’Artisanat. La méthode de référencement et de modélisation des gestes est basée sur les travaux d’anthropologues du geste, tels que ceux d’André LEROI-GOURHAN. Les gestes sont ainsi définis par l’association de verbes d’action avec les matières et matériaux. Il s’agit alors de concevoir, et ce quasiment au sens premier, une grammatisation du geste. Ces interactions ainsi constituées s’inscrivent dans un ou plusieurs Métiers indexés. L’ergonomie du Répertoire apparaît ainsi dans un premier temps comme un index référencé dans un moteur de recherche dédié.

Le Répertoire Numérique du Geste Artisanal est un programme de recherche et de développement de solutions « «web médias » relatives à la mémoire, l’évolution et la valorisation du geste artisanal.

Chaque combinaison de geste et de matière mène à une image, un extrait vidéo accompagné d’un contenu pédagogique et technique se référant aux règles de l’art du Métier. Des incrustations de mesures et géométries permettent également le découpage du geste. L’usage de la dimension 3D est privilégié. Les modules visuels ainsi fabriqués constituent une base de données ouverte à divers publics selon les niveaux d’appropriation et d’exploitation souhaités. Les outils d’interface, indexation et arborescence développés par l’INA (Institut National de l’Audiovisuel) permettent de bénéficier du capital technique et de la meilleure ergonomie possible pour tout public.

Des outils pédagogiques pluri-medias

Chaque module media de geste est paramétré pour une intégration possible sur différents supports. Le Répertoire numérique du geste artisanal devrait ainsi faciliter l’intégration de modules visuels au sein d’outils pédagogiques à distance tels que ceux développés actuellement dans le e-learning.

RNGApeda1

Les jeux sérieux ou serious games, pourront également intégrer ces modules visuels fixant ainsi des pratiques et techniques véritables du Métier artisanal.

Un développement technique et collaboratif

Il ne s’agira pas pour la Chambre de Métiers 82 de s’engager dans un programme de développement total d’une base de données de l’ensemble des gestes artisanaux mais plutôt de mettre en place des outils et une méthodologie de conception des modules pluri-médias dans le respect des pratiques et savoir-faire artisanaux.
Le développement complet de la base pourra s’opérer, sous format collaboratif entre agents, institutions, organismes et représentations des Métiers via une plateforme 2.0 permettant de déposer des modules visuels et d’utiliser des outils de modélisation nécessaires à leur insertion au sein de supports médias et/ou programmatique.

Vers une numérisation des savoir-faire, vecteur de rayonnement des produits de fabrication française

Il s’agit autant de permettre l’appropriation par les artisans de nouveaux outils de promotion commerciale, de développement technique et d’innovation que d’un investissement socio-institutionnel de l’espace numérique par les Métiers de l’Artisanat au service d’une valorisation des produits de fabrication française.
La formation continue et l’accompagnement consulaires sont un premier pas dans ce mouvement. Mais l’enjeu est également d’anticiper les grands changements du rapport à la clientèle de l’artisanat, de l’image publique et institutionnelle du secteur, des outils d’enseignement des techniques du métier, de la conservation, de l’inscription et la valorisation des savoir-faire artisanaux vers un « futur » économique et technologique.